Le programme "Cet Autre que Moi"

 

Le programme s'appuie sur les questions liées à la puberté, à la sexualité et à la différence, en commençant par la différence des sexes, et articule autour de quatre fictions les thématiques majeures de la jeune adolescence d'aujourd'hui, illustrant comment les violences peuvent trouver racine dans des propos ou des comportements banalement sexistes.

 

Pour qui

Pour les adolescents de 11 à 15 ans, filles et garçons, et les adultes les accompagnant dans leur recherche du chemin d'homme ou de femme.

Dans le cadre de la circulaire n°2003-027, relative à l'éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées et parue au BO n°9 du 27 février 2003, le programme est particulièrement adapté au milieu scolaire.

Pourquoi

Nous avons réalisé en 1997, dans le cadre de la Grande Cause Nationale de la Protection de l'Enfance Maltraitée, un premier programme intitulé "Cet Autre Que Moi" dans un but de prévention de la violence entre les jeunes. Ce programme a été très largement diffusé dans de nombreux départements et notamment depuis trois ans par nos soins auprès des collèges de l'Académie de Paris et du Val-de-Marne.

Le bilan de ces trois années de travail - évaluations consultables sur notre site - qui nous a permis de rencontrer près de 15 000 jeunes et 1 000 adultes, nous a amenés à concevoir ce nouvel outil intégrant non seulement les problématiques actuelles rencontrées par les jeunes adolescents (les nouveaux médias, le statut de victime, le rôle prédominant du groupe de pairs, la question de l'image...) mais aussi la question de la place tutellaire de l'adulte: qu'en attendent les jeunes, comment être en prise avec eux, que leur transmettre et comment, au-delà des savoirs?

Parce que tout adulte contribue à réguler les relations entre les jeunes et à développer chez eux le respect de soi et de l'autre, l'acceptation des différences, "Cet Autre Que Moi" est tout autant un outil de travail pour les adultes vivant au contact des adolescents (équipes éducatives, clubs de préventions, parents, association de soutien à la parentalité, etc.) qu'un outil de médiation, entre filles et garçons, entre jeunes et adultes, devant servir de support à un débat, c'est-à-dire à une réflexion de groupe autour des problématiques posées par les fictions, de façon à créer une forme d'intelligence collective.

 Objectif

Instaurer des espaces d'échanges, de mise en mots de la relation à l'autre comme à soi-même, sources d'apaisement, de tranquillisation: en effet, l'éducation à la vie sexuelle et affective, s'articulant autour de l'altérité, de la construction de soi et de la prise en compte de la différence constitue en soi un outil de prévention et d'apaisement de la violence.

 


Le contenu

Le programme se présente sous la forme d'un DVD composé d'une partie débat et d'une partie pédagogie.

La partie débat

Cette partie sert de support à la conduite des animations. Elle est composée de quatre fictions qui ont été conçues pour susciter des questions et mettre la pensée au travail et non pour apporter des réponses ou proposer des "modèles comportementaux".

"Le sentiment amoureux" (durée:10') est un film d'accueil du public dans sa dimension sensible. Illustrant l'adolescence dans ce qu'elle présente de plus fondamentale, de plus joyeux mais aussi de plus complexe, ce film s'adresse aussi bien aux jeunes adolescents pré-pubères, qu'aux adolescents dont la puberté est quasi-achevée.

Le second film "la photo" (8') et le troisième "la rumeur" (8'), traitent de la violence ordinaire dans deux contextes différents et permettent d'aborder la notion de responsabilté individuelle et collective dans le cadre de la vie courante, que l'on soit auteur, victime, spectateur ou complice d'une violence, d'ordre physique, verbale ou psychologique.

Le quatrième film, "victime et coupable" (8'), permet de travailler avec les jeunes la notion de victime et de coupable dans le cadre d'une violence sexuelle: il nous semble en effet indispensable de rappeler que quel que soit le type d'interaction entre deux individus, la victime n'est jamais coupable, en particulier en matière de viol.


Chacun des quatre films est relié à des textes de lois et notions juridiques nécessaires à clarifier avec les jeunes.

Ces quatre films, dont le contenu et la transversalité des thèmes sont à posséder pour mener le débat (chapitres développés dans la partie pédagogie), s'utilisent dans le cadre d'animations spécifiques et progressives: le premier film (le sentiment amoureux) s'adresse à tous dès l'âge de 11 ans, les second (la photo) et troisième (la rumeur), réunis sous le titre commun "la violence ordinaire", s'adressent à tous dès l'âge de 12 ans, le quatrième film (victime et coupable) étant réservé aux plus âgés (à partir de 14 ans), du fait de la maturité d'analyse qu'il demande et de la situation évoquée.

En fonction de leur âge, le programme donnera lieu à une, deux, trois voire quatre séances d'animation d'environ deux heures, espacées de quelques semaines: inscrire l'action sur la durée avec un même groupe est l'un des gages de ses effets.

La partie Pédagogie

Destinée aux adultes désireux de s'approprier le contenu du programme et de mettre en place l'action de prévention, cette partie propose:

  • Une présentation du positionnement du programme
  • Un mode d'emploi de l'outil dans sa globalité
  • Les quatre films et le décryptage en images des questions qu'ils renvoient
  • Trois exemples de thèmes transversaux à l'ensemble des quatre films
  • Un guide de conduite d'animation avec des jeunes
  • Une bibliographie proposant des références d'ouvrages d'approfondissement des questions traitées pour les adultes et des références de littérature jeunesse.

 

Le DVD Pédagogique

 

Depuis 2011, ce DVD est proposé en complément du programme, et vient compléter la partie pédagogique présentée ci-dessus. 

Découvrez son contenu