Formation - Action

 

L’éducation à la responsabilité sexuelle et affective

au sein d’espaces d’échange avec des adolescents

 

 Historique du projet

Notre expérience auprès des jeunes, filles comme garçons, suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse - que ce soit au sein des UEMO, des EPE, des CEF, dans le cadre des Dialogues citoyens à Paris ou des Modules citoyens dans le Val-de-Marne - met en lumière le « déficit d’éducation » dont ils sont porteurs dans le domaine de la sexualité, au profit des codes de construction de la virilité : aussi, renforcer l’éducation à la responsabilité sexuelle et affective des jeunes, en travaillant sur les représentations et les stéréotypes à l’œuvre dans les relations entre les sexes, mais aussi entre les garçons ou entre les filles, est-il certainement l’un des leviers pour diminuer les comportements à risque en matière de sexualité et renforcer les compétences psychosociales.

Les professionnels (éducateurs/trices, chef de service) accompagnant ces jeunes en difficulté - en majorité des garçons - soulignent de leur côté l’expression de problématiques sexistes fortes, au travers de leurs propos, de leurs comportements, quand il ne s’agit pas du motif du suivi. Ressentant la nécessité de travailler ces questions pour une meilleure prise en charge, mais ne se considérant pas toujours suffisamment outillés, une majorité d’entre eux exprime le besoin d’être accompagnés.

C’est forts du travail engagé au sein de différentes structures depuis 2011 à Paris, dans l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise, la Seine-et-Marne, de l’évaluation qui a été faite suite à ces trois années d’intervention en partenariat avec la DIRPJJ IDF-Outre-mer, du soutien de l’ARS pour inscrire ce travail dans la durée et le développer que nous faisons cette proposition de formation - action.

 

 Objectifs

La construction de l’identité sexuée propre à l’adolescence s’appuie en grande partie sur les représentations du Masculin et du Féminin élaborées depuis la petite enfance et étroitement liées à l’environnement familial et culturel. Les remaniements psychiques et physiques liés à cette période cruciale du développement favorisent le recours aux stéréotypes et à leurs valeurs associées. Mais c’est aussi une étape de la vie où le désordre imposé pour devenir Homme ou Femme peut permettre de questionner ce qui semble acquis, évident, naturel, au profit d’une ouverture vers d’autres perspectives, plus respectueuses de l’autre comme de soi, dans le souci de la construction de l’altérité et de la responsabilité.

 

 Proposition

Dans le cadre de notre proposition, une première étape indispensable consiste à mettre en place un temps de formation avec les professionnels, sur site : ce temps a pour objectif de permettre aux professionnels de clarifier leurs positions et d’enrichir leurs connaissances, en équipe, sur les thématiques de l’éducation à la responsabilité sexuelle et affective.

Dans un second temps, il s’agit d’accompagner la mise en acte des acquis de la formation : transfert dans les pratiques professionnelles informelles (comme le repas) ou formelles (entretien individuel), bénéfices de cohérence pour l’équipe, mise en place d’actions avec les jeunes comme par exemple des espaces d’échanges en partenariat avec l’association « je.tu.il… ».

Méthodologie d’évaluation et outils prévus : au regard des objectifs de l’action, l’évaluation portera à la fois sur le travail mené avec les équipes et le travail mené avec les jeunes quel qu’en soit le cadre. Au vu de la singularité de chacune des structures, la méthodologie sera qualitative et quantitative.

L’évaluation du travail mené avec les équipes devra permettre d’identifier les acquisitions de connaissances et de compétences, mais aussi les freins et les leviers rencontrés par les professionnels pour réutiliser dans leurs pratiques les acquis de la formation.

L’évaluation du travail mené avec les jeunes portera à la fois sur les espaces d’échanges (appropriation, contenu, progression, type de prise de parole…) et sur leurs effets : ce dernier point fera l’objet d’une co-construction avec les équipes, sous une forme à définir en commun. 

 


 

Déroulé de formation

Préalablement à la formation sera envoyé un document de travail destiné à harmoniser les connaissances de l’ensemble des professionnels en matière d’adolescence et de construction de l’identité sexuée. Il s’agit là d’un pré-requis nécessaire à la participation aux deux journées.

 


Première journée : Après une présentation de "je.tu.il" un tour de table invitant les participants à préciser leurs attentes et leurs représentations, cette première journée sera consacrée à la thématique de l'éducation à la responsabilité sexuelle et affective. 

- La responsabilité : « La responsabilité soude l'être et l'agir »

La notion de responsabilité, constitutive de la vie en société, valeur morale et principe juridique.

- La maturité : physique, affective  et intellectuelle, la maturité s’acquiert au fur et à mesure du développement, permettant de passer de l’état de dépendance infantile à l’état d’adulte libre de ses choix et de ses engagements.

- La sexualité : un chemin vers l’altérité

En matière de responsabilité sexuelle et affective, c’est le terme de consentement qui porte l’ensemble de ces notions, illustrant l’altérité - c’est-à-dire la prise en compte de l’autre comme un être porteur de désirs différents de ceux qui m’animent, et la maturité nécessaire  à l’usage du libre-arbitre.

- Les différents points législatifs nécessaires à connaître.

- Les points clefs de l’adolescence et la construction de l’identité sexuée : c’est quoi  être une fille ? c’est quoi être un garçon ?

Pour venir illustrer le document remis préalablement sera projeté et analysé le documentaire « Un regard sur l’adolescence ».

La construction de l’identité sexuée : La puberté et la transformation du corps constituent une caractéristique fondamentale de l’adolescence.

- Ce qu’il convient de mettre au travail pour être au plus près des préoccupations des jeunes : la projection du film  « Le sentiment amoureux » viendra donner des pistes.


Deuxième journée : Mener des espaces d’échanges avec des adolescents, un accompagnement à la maturation.

- Pourquoi proposer un espace d’échange collectif.

- L’outillage : Comment s’adresser à eux, mener un débat, à partir de leurs préoccupations, sans être intrusif, pour les accompagner sur le chemin de l’adolescence et rester garant des valeurs portées par l’éducation à la responsabilité. Les questions difficiles.

- Des outils : Le programme « Ce Je(u) entre nous », destiné aux plus de 15 ans,  prolongement du programme « Cet Autre que moi », destiné au 13/15 ans. Autres outils.

Une évaluation de la formation par les participants viendra clôturer ces deux journées.

 


Suite à ces deux journées : Les espaces d’échanges

Animés au départ par les intervenants de l’association, en présence des professionnels formés de la structure, ces espaces permettent aux jeunes de réfléchir ensemble aux questions relatives au masculin et au féminin, au consentement, à l’expression des représentations liées au sexe dans le registre social. Ils peuvent aussi permettre aux adultes de nourrir la prise en charge, en s’appuyant sur les échanges collectifs, dans l’objectif, entre autres, de faciliter l’accès aux ressources du territoire, comme le Planning Familial, le CRIPS, le Mouvement du Nid, le GAMS, l’EMIPS, etc.…

Selon les structures concernées, ces temps seront d’une durée variable, à déterminer en partenariat avec les équipes, en amont et en fonction du diagnostic, mais aussi tout au long du processus : soutenus le temps nécessaire par les intervenants de « je.tu.il… » pour aller vers une autonomisation, les professionnels engagés dans la démarche auront alors tout loisir d’inscrire ces espaces d’échanges dans le quotidien éducatif et la programmation de projets à court, moyen ou long terme.

 


Pour en savoir davantage, nous vous proposons de consulter le document suivant: 

Journée Bilan et évaluation de la Formation-action "Appréhender la question de la sexualité avec les adolescents" mise en place au sein des établissements de la PJJ depuis 2011. 

Compte-rendu de la journée du 17 novembre 2014 à l'Espace Sedaine à Paris 11eme. 

 


Vous souhaitez mettre en place une action? Ou simplement entrer en contact avec nous: 

Demande de devis